Rapport annuel

Introduction

Tel qu’énoncé dans l’accord de donation aux termes duquel la Chaire Greenberg sur les femmes et la profession juridique fut établie à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa en 2005 :

La Chaire Shirley E. Greenberg sur les femmes et la profession juridique vise à renforcer l’enseignement, la recherche et l’administration à l’Université d’Ottawa en ce qu’ils se rapportent aux perspectives féministes sur le droit. Elle a en outre comme objectif de favoriser l’établissement et le maintien de relations entre les professeures en droit et les femmes dans la profession juridique.

La Chaire se fonde sur la réputation internationale de chef de file de la Section de common law de la Faculté de droit en matière de justice sociale pour encourager les communautés, au niveau tant interne qu’externe, à mener des recherches juridiques sous l’angle féministe, à élaborer des programmes d’études, à favoriser le mentorat et à organiser différents colloques et conférences.

La titulaire de la Chaire Shirley E. Greenberg sur les femmes et la profession juridique œuvre avec un groupe d’universitaires, toutes engagées envers l’égalité des femmes par le truchement du droit, afin d’inciter les femmes à embrasser la profession juridique, de former des professionnelles et professionnels du droit à fournir des services aux femmes, de favoriser les échanges et les relations entre les étudiantes en droit et les femmes œuvrant dans la profession juridique et ce, pour que la réforme du droit et la recherche juridique bénéficient davantage aux femmes en qualité de clientes aussi bien que d’avocates. 

Cette année, la titulaire de la chaire a été la professeure Elizabeth Sheehy. En mon propre nom et au nom des membres du corps professoral et des étudiantes, je voudrais exprimer ma gratitude pour le don extraordinaire de Shirley Greenberg. Ce don nous a permis d’entreprendre des recherches et des études, d’offrir une formation et un soutien aux étudiantes et aux professeures et d’aider à établir et à maintenir une communauté féministe. Je crois que ce don contribue à l’enrichissement de la profession juridique et du bien public. J’espère que le bref compte rendu des activités de la Chaire durant l’année écoulée vous donnera une idée des merveilleuses expériences et opportunités rendues possibles par ce don généreux.

Haut de page