Joanne St. Lewis

Carte électronique

Joanne St. Lewis
Professeure adjointe

B.A. (McGill)
LL.B. (B.C.)

Pièce : 57 Louis Pasteur St.
Bureau : 613- 562-5794
Bureau : 613-562-5124
Courriel professionnel : Joanne.StLewis@uottawa.ca

Joanne St.Lewis

Biographie

Joanne St. Lewis est professeure de droit à la Section de common law à l’Université d’Ottawa. Ses domaines actuels de recherche comprennent la justice sociale, la diffamation numérique et les communautés de justice sociale ; la violence sexuelle et le harcèlement en ligne ; et les questions de profilage racial et de politiques relatives au terrorisme. Elle a été nommée à une table ronde d’experts sur les contrôles policiers de routine arbitraire formée dans le but de conseiller le Collège de police de l’Ontario en 2016. Elle est membre du comité consultatif de la Commission du droit de l’Ontario sur la diffamation à l’ère d’Internet/Defamation in the Age of the Internet. Elle est également membre du Comité consultatif sur les questions concernant les communautés racialisées d’Aide juridique Ontario. Elle est régulièrement invitée à donner des cours au University of Southern California CREATE Homeland Security Center of Excellence, Executive Program on Counter-Terrorism.

Joanne est la première femme noire à avoir été élue conseillère du Barreau du Haut-Canada (2001-2009 ; 2015-2016), l’ordre professionnel qui régit plus de 50 000 juristes et 8 000 parajuristes, au cours de ses 221 années d’existence. Elle a dirigé la création de groupes de travail sur les questions autochtones, les droits des personnes handicapées et les services en français ainsi que le projet sur la rétention des femmes dans la profession juridique dans le cadre de son mandat à titre de présidente du Comité sur l’équité et les affaires autochtones. Elle a également assumé la présidence du Groupe de surveillance des droits de la personne.

La professeure St. Lewis a été co-conseillère juridique auprès de l’Assemblée des Premières Nations (APN) au Tribunal canadien des droits de la personne et lors du contrôle judiciaire devant la Cour fédérale (section de première instance), dans le cadre d’une affaire sans précédent sur la question du sous-financement discriminatoire des services d’aide à l’enfance dans les réserves. Elle a agi comme professeure-conseil inaugurale auprès de l’Association des étudiants noirs en droit du Canada, tout au long de ses 17 premières années d’existence. Elle a coprésidé le Groupe de travail de l’ABC sur l’égalité raciale et est l’auteure du rapport intitulé Virtual Justice: Systemic Racism in the Canadian Legal Profession. En 1989, elle devenait la directrice fondatrice du Programme d’équité en matière d’éducation à la Section de common law avant de devenir professeure à temps plein. Elle a assumé diverses fonctions à la Commission ontarienne des droits de la personne, à la Commission canadienne des droits de la personne et à la Direction générale des relations interraciales de l’Ontario. Elle a occupé le poste de directrice exécutive du Fonds d’éducation et d’action juridiques pour les femmes (FEAJ/LEAF). Elle a en outre été assistante spéciale en matière d’Affaires gouvernementales auprès du grand chef des Cris du Québec pendant la période des négociations entourant la Convention La Grande de 1986.

L’Association des étudiants noirs en droit du Canada a récompensé la professeure St. Lewis en lui décernant le Prix de l’héroïne nationale 2012. En 2009, elle recevait le Honoured Champion Award de l’Association canadienne pour les Nations Unies en l’honneur du 100e anniversaire de la Journée internationale de la femme et l’Association canadienne des juristes noirs lui décernait son prix d’excellence 2009. Elle a également été récipiendaire du Prix de distinction honorifique DreamKEEPERS 2008 remis par la Coalition de la journée Martin Luther King et faisait partie en 2004 des 50 Personnalités d’Ottawa, selon le magazine Ottawa Life. En 2001, l’Association canadienne des juristes noirs lui décernait le prix de la Contribution des femmes noires au droit.

Haut de page