La professeure Angela Cameron se joint à des chercheuses féministes pour animer un atelier international sur la réforme féministe du droit

Publié le mardi 28 mai 2019

La professeure Angela Cameron fait partie d’un groupe de cinq chercheuses féministes qui ont reçu une subvention pour conférence de l’Oñati International Institute for the Sociology of Law (Institut international de sociologie du droit d’Oñati) pour organiser un atelier international intitulé « What Works in Feminist Law Reform ? Lessons from the Local » (Qu’est-ce qui fonctionne dans la réforme féministe du droit ? Leçons des populations locales). L’atelier présentera des chercheuses féministes de partout dans le monde et mettra en particulier l’accent sur les chercheuses du Sud et les femmes autochtones.

La professeure Cameron, titulaire de la Chaire Shirley Greenberg pour les femmes et la profession juridique, sera accompagnée dans cet effort par la professeure Becky Batagol et la professeure Janice Richardson, du Groupe d’études juridiques féministes de la Monash University en Australie, ainsi que de la professeure Sonia Lawrence, directrice de l’Institut pour les études juridiques féministes de la Osgoode Hall Law School, et de la professeure Debra Parkes, titulaire de la Chaire d’études juridiques féministes et directrice du Centre d’études juridiques féministes de la Peter A. Allard School of Law, University of British Columbia. L’atelier se tiendra à l’Institut à Oñati, Gipuzkoa, en Espagne, les 2 et 3 juillet 2020.

Cet atelier vise à faire une différence dans la vie des femmes et des personnes transgenres et de diverses identités de genre en examinant comment une réforme juridique peut être utilisée pour remédier aux inégalités persistantes entre les sexes. En réunissant des études de cas de projets réussis, semi-réussis et manqués de réforme féministe du droit du monde entier, l’atelier permettra de mieux comprendre les caractéristiques qui favorisent ou mettent en péril la réforme féministe du droit.

Les organisatrices produiront une collection éditée d’articles qui seront publiés sous forme de livre ou d’édition spéciale d’une revue en 2021. De plus, l’atelier mettra les participantes en contact avec un réseau transnational de féministes réformatrices travaillant en droit dans les universités, les centres juridiques et la pratique juridique. Ce réseau fournira une aide et sera une source d’inspiration pour des projets de réforme pratiques et de nouvelles recherches. 

Les professeures Suzanne Bouclin, Tracey Lindberg et Vanessa Gruben, de notre Section de common law, ainsi que la professeure Sarah Morales, actuellement à la faculté de droit de l’Université de Victoria, participeront à l’atelier à titre de participantes invitées.

L’Oñati International Institute for the Sociology of Law abrite un réseau mondial d’universitaires qui travaillent sur des questions de droit et de sciences sociales. Il s’efforce de créer des liens universitaires et des relations de collaboration entre des universités du monde entier, en fournissant des installations pour des séminaires, des ateliers, des chercheurs invités et des bibliothèques de recherche.

Félicitations à la professeure Cameron et à ses collaboratrices !

Haut de page