La professeure Aimée Craft reçoit le Prix du président de l’Association du Barreau canadien

Publié le mercredi 17 février 2021

 

Photo : KC Adams

La professeure Aimée Craft a reçu le Prix du président de l’Association du Barreau canadien 2021, qui souligne la contribution d’un juriste canadien ou d’une juriste canadienne à la profession et à la vie publique au Canada. La professeure Craft est l’une des deux lauréats du Prix du président de cette année; l'autre lauréat est le professeur John Borrows, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le droit autochtone à la Faculté de droit de l’Université de Victoria. Avec cette récompense exceptionnelle, la professeure Craft et le professeur Borrows rejoignent les rangs des prestigieux lauréats et lauréates qui les ont précédés, comme l’ancienne juge en chef du Canada Beverley McLachlin et l’ancien sénateur Murray Sinclair, entre autres sommités du droit au pays.

Chercheuse de réputation mondiale dans les domaines des lois autochtones, des traités et des droits relatifs à l’eau, la professeure Craft est résolue à promouvoir la vérité, la réconciliation et la décolonisation. Tout au long de sa carrière, cette professeure d’origine métisse, anishinaabe, française, crie et irlandaise a travaillé en collaboration avec des gens et communautés de diverses nations autochtones, tant dans le milieu universitaire que dans sa profession de juriste. Par ses projets de recherche interdisciplinaire exceptionnels sur les traditions juridiques autochtones et le droit autochtone canadien, elle a exercé une influence notable sur les lois et politiques canadiennes et figure ainsi parmi les juristes les plus prometteurs du pays.

Les travaux d’Aimée Craft portent principalement sur le droit autochtone en lien avec la protection de la terre et de l’eau. La professeure travaille avec de nombreuses nations et communautés autochtones sur les relations et les responsabilités des Autochtones à l’égard du nibi (eau). Elle joue aussi un rôle actif dans les collaborations internationales liées à la mémoire transformatrice dans les contextes coloniaux et à la récupération des pratiques d’accouchement autochtones en tant qu’expressions de la souveraineté territoriale. Qui plus est, elle est une actrice importante dans le dossier des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées au Canada. En 2017, elle a exercé les fonctions de directrice de la recherche pour l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, en plus de diriger une équipe interdisciplinaire d’universitaires, de rédacteurs et de rédactrices dans le cadre de la production d’un rapport établissant un corpus de recherches sur l’application, jusqu’ici, des recommandations formulées pour mettre fin à cette violence.

Bien que la professeure Craft travaille en premier lieu dans le domaine du droit, elle multiplie les collaborations fructueuses en santé, en travail social, en études autochtones, en histoire, en études de genre, en géographie et plus encore. Elle cherche à rejoindre tant les universitaires que le grand public et veille à ce que son programme de recherche promeuve la compréhension au sein des communautés autochtones, en favorisant des échanges constants entre les jeunes et les gardiens et gardiennes du savoir.

La professeure Craft se voue également à des initiatives communautaires tant dans le milieu juridique que dans la société en général. Durant son mandat à la présidence de la Section du droit des Autochtones de l’Association du Barreau canadien, par exemple, elle a contribué à la présentation de mémoires à huit comités parlementaires et sénatoriaux sur des questions de droit autochtone et a proposé des résolutions sur la reconnaissance des traditions juridiques autochtones et le dossier des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées. Par son travail continu au Comité de liaison avec la Cour fédérale pour l’élaboration de lignes directrices de pratique sur les affaires de droit autochtone et la preuve par histoire orale, elle a apporté une contribution importante et concrète au droit canadien. C’est ce qui a amené l’Institut national de la magistrature et l’Institut canadien d’administration de la justice à l’inviter à parler des nouvelles approches en matière de preuve, notamment des façons dont les tribunaux peuvent intégrer le savoir autochtone aux processus décisionnels juridiques. 

Félicitations à la professeure Craft pour cette réalisation remarquable! La Section de common law sait qu’en plus d’avoir une feuille de route impressionnante, la professeure Craft – par sa vision unique, sa détermination, sa perspicacité et son esprit de collégialité – est indéniablement une source d’inspiration pour tous ceux et celles qui l’entourent.

Cliquez ici pour voir la liste complète des lauréates et lauréats des prix de l'ABC.

Haut de page