Faites la connaissance de notre première mentore juridique pour la communauté noire, Samantha Peters (J.D. 2016), avocate, écrivaine, chercheure, éducatrice et militante engagée

Publié le vendredi 16 octobre 2020

Samantha Peters debout portant une toge

Fière diplômée de l’Université d’Ottawa, Samantha Peters vit le droit autrement.

Samantha Peters se joint la Faculté de droit à temps partiel pour l’année universitaire 2020-2021 en tant que mentore juridique pour la communauté noire. À ce titre, elle assurera un mentorat universitaire et professionnel individuel et collectif pour les étudiantes et étudiants en droit issus de la communauté noire. Elle apportera aussi son expertise dans le développement de programmes de soutien et d’initiatives antiracisme.

Communicatrice hors pair, elle a récemment remporté le premier concours de dissertation à l’intention des facultés de droit Écrire au féminin du Forum des avocates de l’ABC pour son essai « Making Social Context Education Mandatory: Why Cultural Competency Should Matter in the Courtroom ». Pour la petite histoire, notons qu’elle avait à l’origine écrit cet essai pour le cours de responsabilité professionnelle du doyen – alors professeur – Dodek. Elle a été admise au Barreau de l’Alberta en 2020.

« Ça m’a semblé surréel quand j’ai appris que j’étais la lauréate du premier concours de dissertation du Forum des avocates de l’Association du Barreau canadien. Après avoir pris un moment pour digérer cette grande nouvelle, je me suis sentie incroyablement choyée d’être reconnue pour faire ce que j’ai toujours voulu faire. En réalité, les juristes de la communauté noire ont peu d’occasions d’examiner d’un œil critique, de nommer et de réellement remettre en question les manifestations légales des “-ismes” – comme le racisme contre les personnes noires et le sexisme –, sans en craindre les conséquences. Et donc, de pouvoir écrire sans gêne sur le racisme contre les personnes noires et la misogynoir dans le droit, et sur l’importance d’ancrer l’éducation juridique dans la théorie critique de la race et l’intersectionnalité, dans le contexte du projet de loi C-5 (Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel), a été très libérateur. » – Samantha Peters

Samantha a également été sélectionnée comme l'une des100 femmes noires à surveiller au Canada en 2020 par Canadian International Black Women Event. La cérémonie virtuelle de remise des prix aura lieu le 17 octobre 2020. Ce prix témoigne des nombreuses façons dont elle a redonné à la communauté juridique, notamment , comme en offrant des formations sur le racisme contre les personnes noires à des organisations du domaine du travail et du droit. Elle a d’ailleurs animé une séance en septembre, dans le cadre de l’orientation virtuelle de la Faculté pour les étudiantes et étudiants de première année, le personnel et le corps professoral, quelques semaines avant la confirmation de sa nomination à la Faculté.

« L’avenir du droit prend une nouvelle voie, et j’ai très hâte non seulement d’échanger sur l’utilisation variée de ma formation juridique au service de la justice, mais aussi de réfléchir à d’autres options avec la nouvelle cohorte d’étudiantes et étudiants en droit. » – Samantha Peters

Samantha Peters s’efforce de rendre le droit concret et de faire réaliser aux autres qu’ils peuvent aussi laisser une empreinte positive dans le monde. 

Elle se fait un point d’honneur de situer le droit dans des exemples actuels afin de mieux faire comprendre la loi et son incidence sur la vie des gens. Ses articles ont notamment traité du processus d’agrément des avocates et avocats en Ontario (en anglais), et des façons dont les employeurs peuvent mieux soutenir leurs employées et employés noirs (en anglais) pendant la pandémie. Elle a attendu quatre ans avant de terminer la procédure d'obtention de la licence d'avocat.   et a consacré ce temps à divers projets  et à travailler dans les domaines du conseil en droits de la personne et de la politique provinciale.

 « Le fait de choisir ma propre voie m’a permis d’aborder mon travail avec davantage de créativité, d’esprit entrepreneurial, d’innovation et d’intention. Dans ma carrière de juriste, j’ai travaillé au sein de cliniques juridiques à Toronto, Ottawa et New York. J’ai aussi collaboré à plusieurs initiatives de réforme du droit, conçu des projets d’éducation juridique, travaillé en politique et en recherche législative, et étudié des politiques.   

Lors de mon premier trimestre à la Faculté de droit, j’ai décidé que je voulais faire les choses différemment, malgré ce que je voyais à la télé et dans les films, et ce que mes pairs m’encourageaient à faire. Aujourd’hui, je suis heureuse de dire que cette décision prise il y a sept ans ainsi que tous les détours et les risques pris dans ma carrière jusqu’à aujourd’hui m’ont permis de faire exactement ce que je voulais faire. »

Les étudiantes et étudiants peuvent prendre rendez-vous avec Samantha Peters sur La Source, sous l’onglet Rendez-vous (type de rendez-vous : Mentorat juridique noir) à partir du 5 octobre 2020.

--

À propos de Samantha Peters (elle) 

Samantha Peters (J.D. 2016) est avocate, auteure, chercheure et éducatrice, et s’intéresse particulièrement au droit du travail et de l’emploi, ainsi qu’aux droits de la personne. Elle a fait ses études de premier cycle à l’Université de Toronto, ses études de deuxième cycle à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario, et est une diplômée de la Faculté de droit, Section de common law de l’Université d’Ottawa, avec spécialisations en droit public et en résolution des différends et professionnalisme. 

Elle a effectué ses stages bilingues au sein d’un syndicat national, à Ottawa. Par la suite, elle s’est retirée de la pratique du droit pour travailler à l’intersection du droit, de l’éducation et de la politique, sur des sujets allant de l’éducation juridique à la recherche législative, en passant par des initiatives de réforme du droit, notamment comme recherchiste en éducation et politiques sociales à l’Assemblée législative de l’Ontario.  

Samantha Peters est profondément engagée dans le travail communautaire et juridique lié à la justice raciale, à la lutte contre la violence et aux droits des travailleurs. En 2016, elle a cocréé une initiative d’éducation juridique publique d’un an financée par la Fondation du droit de l’Ontario dans laquelle des lois complexes sont expliquées simplement, et dont le premier sujet a été la réglementation sur le fichage. Les articles de Samantha Peters sur des sujets comme le processus d’agrément des avocates et avocats en Ontario, l’éducation juridique, la responsabilité professionnelle et l’accès à la justice sont parus dans plusieurs publications et sites Web : le Huffington Post Canada, le magazine ABC National, le magazine JUSTE. de l’Association du Barreau de l’Ontario, NOW Toronto, le Centre canadien de politiques alternatives, ByBlacks, Slaw, Global News, Toronto Star et le Canadian Anti-Hate Network.

 

Haut de page