La Faculté de droit se souvient d’Anne McDougall (1931-2019)

Publié le mardi 14 mai 2019

Le 6 mai 2019, la Faculté de droit a perdu une véritable amie et une visionnaire, Anne McDougall.   Au cours des deux dernières décennies, Mme McDougall et sa famille ont soutenu la Faculté de droit financièrement, personnellement et émotionnellement.

En 2000, Maureen McTeer, ancienne élève de common law, présente son amie Anne McDougall au doyen de common law. Anne explique que son mari, Edward "Barry" McDougall, diplômé en droit de l’Université de Colombie-Britannique et expert en droit de l’énergie, est décédé en 1999. Elle et ses enfants aimeraient faire quelque chose de spécial pour célébrer sa vie. Anne raconte alors que Barry était membre bénévole du conseil de l’Association du barreau canadien (ABC), où il faisait la promotion des programmes juridiques de l’Association en Europe centrale et orientale auprès des jeunes avocats. Chaque été, Barry et Anne voyageaient avec l’équipe de développement professionnel de l’ABC en Europe de l’Est. Ils y ont ainsi développé des relations personnelles étroites avec de nombreux stagiaires et d’autres Polonais. Anne explique qu’elle et ses enfants voudraient créer une bourse commémorative dans une faculté de droit canadienne afin d’aider les étudiants en droit de Pologne. 

C’est ainsi qu’est créée la Bourse commémorative Edward-Barry-McDougall, qui parraine chaque année un étudiant diplômé en droit d’une université polonaise. Celui-ci passe un an à Ottawa pour obtenir une maîtrise à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa. En 2006, la famille décide de parrainer également tous les ans un professeur de droit polonais pour visiter l’Université d’Ottawa et donner un cours à des étudiants inscrits au programme de J.D. de common law. À ce jour, la Bourse commémorative Edward-Barry-McDougall demeure l’une des bourses d’études les plus généreuses et les plus fructueuses de l’Université.

L’ancien doyen Bruce Feldthusen se souvient d’Anne pour avoir contribué à la bourse beaucoup plus par elle-même que par son généreux soutien financier. Anne a fait appel à ses réseaux à Ottawa et en Pologne pour mettre sur pied des groupes de bénévoles, afin de promouvoir la bourse et d’évaluer les forces des candidats. Après chaque réunion annuelle de sélection, Anne écrivait un chèque et remerciait Feldthusen à profusion pour l’opportunité qu’elle pensait que la faculté de droit lui avait donnée. Elle inspectait personnellement et, au besoin, nettoyait l’appartement d’étudiant où le récipiendaire serait logé. Anne accueillait l’étudiant avec de petits cadeaux dès son arrivée à l’Aéroport d’Ottawa. Elle l’invitait chez elle et à son chalet. Elle organisait des activités de bienvenue chez elle et semblait y inviter la moitié des professeurs et du personnel de la Faculté de droit. Anne restait alors silencieuse en arrière-plan tandis que son fils Drew tenait magistralement de parfaits propos, remerciant tout le monde, particulièrement les élèves et sa mère.

Depuis 2001, la bourse a été attribuée tous les ans, ce qui porte à 18 le nombre de récipiendaires. En 2012, une réunion spéciale a eu lieu pour les récipiendaires à Varsovie, organisée à l’ambassade du Canada par l’ambassadeur. Dix des onze récipiendaires étaient présents et le onzième était représenté par sa mère puisqu'il était alors à l’étranger. Impossible d’imaginer un groupe de jeunes avocats plus performants, tous très brillants en cabinets privés ou publics, en affaires ou dans le milieu universitaire. Deux d’entre eux retourneront d’ailleurs plus tard en common law à titre de professeurs invités récipiendaires de la Bourse McDougall. Impossible aussi d’imaginer un groupe plus reconnaissant. Reconnaissants, mais surtout ravis de renouer avec Anne McDougall. Anne a reçu la Croix de chevalier de l’Ordre du Mérite de la République de Pologne en l’honneur de sa contribution à la Pologne, par le biais de la Bourse commémorative Edward-Barry-McDougall. 

Anne McDougall était une véritable bienfaitrice, qui a donné de tout son cœur et s’est investie personnellement. Elle a changé la vie des 18 récipiendaires et a enrichi le programme d’études supérieures de la Faculté de droit. La Faculté tient à remercier Anne, ses enfants Drew, Catherine et Elizabeth et leurs enfants pour leur soutien extraordinaire. Nous savons qu’Anne nous manquera.

Haut de page