70 Years On... Is Humanity Ready for a World Court of Human Rights?

Publié le mardi 27 novembre 2018

Mark Ottinger

Mark Oettinger, conférencier invité

La salle était bondée en ce mercredi 31 octobre 2018 tandis que des étudiants, des avocats de la pratique et des universitaires venaient assister au débat intitulé « 70 Years On... Is Humanity Ready for a World Court of Human Rights? » avec pour conférencier invité Mark Oettinger, l’auteur principal de la proposition de statut de la Cour mondiale des droits de la personne(CMDP)/World Court of Human Rights (WCHR). M. Oettinger est un juriste et chercheur en droit international basé à Burlington, Vermont. Il a dirigé l’équipe qui a œuvré sous les auspices de la World Service Authority, une ONG située à Washington, D.C.

Penelope Simons

Penelope Simons, professeure de l'Université d'Ottawa

C’était la toute première fois qu’un auditoire canadien avait l’occasion d’entendre parler du projet de création d’une CMDP/WCHR. Bien que cet instrument ait été endossé au cours de la réunion mondiale des juges en chef à Lucknow, en Inde, en 2014, le « Traité de Lucknow » qui en a découlé n’a guère reçu d’attention dans les milieux occidentaux. Trois éminents panélistes sont venus discuter de cette question : l’honorable Ian Binnie, conseiller juridique chez Lenczner Slaght et juge à la retraite de la Cour suprême du Canada, Janine Lespérance de chez Avocats Sans Frontières Canada, et Daniel Turp, professeur de droit public à l’Université de Montréal.

Anthony Vanduzer, Scott Fairly et Hilary Patton

Anthony Vanduzer - Chaire Hyman Soloway du droit des affaires et du commerce, Scott Fairly - président de l'événement, and Hilary Patton

Cet événement était organisé par le Centre de recherche et d'enseignement sur les droits de la personne et la Chaire Hyman Soloway du droit des affaires et du commerce. Il a été à l’origine conçu et appuyé par Scott Fairly, un avocat réputé de Toronto qui d’ailleurs présidait le débat. Selon M. Fairly, le projet d’élaboration de la CMDP/WCHR « serait susceptible d’instaurer un mécanisme permettant de traiter les histoires d’horreur qui se déroulent dans le monde entier ». Cette initiative a également été parrainée par le Conseil canadien de droit international, la Commission internationale de juristes - section canadienne, l’Association du Barreau canadien, Section de droit international et l’Association du Barreau de l’Ontario, Section de droit international.

Lors de la réception à cet événement, John Packer a officiellement remis, au nom de la CIJ Canada, le prix Walter Tarnopolsky à la professeure Penelope Simons. Ce prix récompense chaque année une résidente ou un résident du Canada qui a apporté une contribution exceptionnelle aux droits de la personne, au Canada ou à l’étranger.

 

 

 

 

Haut de page