Clinique de droit de l'environnement

Les étudiants et les étudiantes en droit, en sciences et ceux se spécialisant dans d’autres disciplines obtiendront une expérience pratique sur des questions environnementales soumises par des groupes communautaires ou des organismes sans but lucratif.

Ils seront supervisés par des professeurs de la Faculté et par des experts du milieu. En partenariat avec Écojustice, la plus grande organisation de droit environnemental du pays, cette clinique est la première du genre au Canada.

Un modèle pédagogique axé sur la résolution de problèmes

La Clinique de droit de l'environnement profitera de l’expertise de l’Université en matière de droit environnemental, d’économie, de science et de santé publique. Elle a été conçue à partir d’un modèle américain réussi. Elle desservira les groupes environnementaux, autochtones et communautaires et elle incitera les étudiants et les membres de la Faculté à s’impliquer davantage pour répondre aux besoins de la communauté.

En s’installant dans la capitale nationale, la Clinique répondra non seulement aux besoins des groupes locaux mais aussi à ceux des groupes nationaux de défense d’intérêt public. L’absence de « chien de garde juridique » explique en partie la mauvaise performance du gouvernement fédéral dans le passé.

Le directeur de la Clinique, Joshua Ginsberg, est l’un des avocats en droit environnemental les plus expérimentées au Canada. Lynda Collins occupe, quant à elle, les fonctions d’avocate-conseil au sein de la Clinique. On peut le joindre  au 613-562-5800, poste 3378 ou à l’adresse de courriel suivante : jginsberg@ecojustice.ca.

Le professeur Stewart Elgie de la Section de common law, qui est le directeur adjoint de l’Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa et l’un des fondateurs et avocat directeur du Sierra Legal Defence Fund, supervise l’organisme.

L’établissement permettra aux étudiants de jouer un rôle prépondérant dans la dispensation des services aux groupes communautaires. Il fournira une expérience multidisciplinaire à dix ou quinze étudiants par session. La formation se veut complémentaire à celle enseignée en classe pour que l’expérience étudiante soit plus pertinente.

 « La Clinique s’est fixé trois objectifs : enrichir la formation des étudiants, accroître leur intérêt pour le service communautaire et fournir un service environnemental au public de la capitale nationale », a déclaré le professeur Elgie. « En fait, j’aurais souhaité que pareil organisme existe lorsque j’ai fait mon droit ».

Pour plus de renseignements à propos de la clinique, vueillez rejoindre ecojustice@uottawa.ca.

Haut de page