Le Bureau de la recherche

Objectifs du bureau de la Recherche

L’une des tâches fondamentales d'un ou d'une professeur(e) d’université consiste à mener des recherches. La recherche est, en effet, essentielle au développement et à l’évaluation des connaissances et le type de recherche indépendante et objective entreprise dans un milieu universitaire joue un rôle important dans notre société. Une faculté de droit qui se distingue par une culture de recherche dynamique fait ainsi preuve de sa solidité, non seulement en tant qu’institution vouée à la recherche, mais également à titre d’établissement d’enseignement visant l’excellence. L’essentiel des subventions obtenues par les chercheurs est directement versé aux étudiants employés comme assistants de recherche. Ce faisant, les étudiants renforcent leur expérience à la faculté de droit tout en acquérant une formation pratique sur les sources et sur les méthodologies de recherche. Le financement de la recherche est également crucial pour appuyer financièrement la population étudiante en cette période où les droits de scolarité et l’endettement étudiant sont à la hausse.

Le bureau de la Recherche travaille en étroite collaboration avec les chercheurs, les administrateurs, des institutions partenaires et des organismes subventionnaires dans l’ensemble du Canada et à l’étranger afin d’encourager et d’appuyer l’engagement productif de son corps professoral bilingue en matière de recherche. Le mandat du bureau comprend la prestation de services d’appui et de conseils stratégiques aux membres du corps professoral qui présentent des demandes de subventions et leur candidature à des prix et distinctions en matière de recherche, ainsi que leur candidature ou renouvellement à des chaires de recherche du Canada. Le bureau se charge en outre de l’attribution et de la gestion des fonds de recherche parmi les membres du corps professoral, appuie la diversification et le financement de projets de recherche à l’échelle internationale et gère le processus de sélection pour l’attribution de prix aux membres du corps professoral en matière de recherche.

Voici les priorités que le bureau de la Recherche s’est fixées :

  1. Encourager et appuyer les demandes de subventions de recherche de la part des membres du corps professoral, en particulier auprès des trois Conseils subventionnaires fédéraux, mais également auprès d’autres sources de financement, notamment la Fondation du droit de l’Ontario, des fondations privées, ainsi que des organisations gouvernementales et internationales.
  2. Promouvoir la diffusion des travaux de recherche des membres du corps professoral, tant au sein de la Faculté qu’à l’extérieur du milieu universitaire, au sein du gouvernement, du milieu de la politique publique, des médias, du grand public et auprès des diplômés et futurs étudiants, du premier cycle comme des études supérieures.
  3. Aider les nouveaux membres du corps professoral à élaborer leur propre stratégie de recherche, notamment en leur offrant du soutien pour l’obtention des fonds et pour la publication de leurs recherches.
  4. Trouver de nouvelles pistes pour le financement de la recherche afin d’appuyer le travail des membres du corps professoral.
  5. Inciter les membres du corps professoral à présenter leur candidature pour divers prix et distinctions et leur offrir du soutien au cours du processus.

 

Personnel du bureau de la Recherche

Afin de répondre aux besoins sans cesse croissants de nos chercheurs, le bureau de la Recherche s’est agrandi en termes d’effectif et d’expertise à la fin de 2014 et en 2015. Le bureau est à present doté d’une équipe de trois membres du personnel qui appuient le développement et la diffusion de la recherche à la Faculté de droit.
 

Peter Oliver
Vice-doyen à la recherche

Grâce à ses recherches novatrices en matière constitutionnelle, le professeur Peter C. Oliver s’est bâti une réputation d’expert à l’échelle nationale et internationale. Il a appliqué son approche théorique, comparée et historique à des problèmes juridiques pratiques tels que la dévolution du Commonwealth, une Union européenne plus étroite, l’indépendance et la sécession. Ses écrits récents explorent les enjeux liés à la Constitution canadienne, et en particulier en ce qui a trait à la modification de la Constitution, aux conventions constitutionnelles et au fédéralisme.

Le professeur Oliver concentre ses recherches sur les interprétations de deux concepts théoriques fondamentaux : la « souveraineté » et le « système juridique ». Sa façon subtile et profonde d’aborder ces deux concepts donne lieu à un compte rendu théorique de transitions juridiques fondamentales, en expliquant notamment la manière dont la continuité constitutionnelle peut engendrer l’indépendance constitutionnelle. Ses travaux ont été cités dans le monde entier, dans des publications majeures aussi bien en Australie, au Canada, en Inde, en Israël, au Japon, en Nouvelle‑Zélande, en Afrique du Sud, qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il discute de façon approfondie de son approche envers la continuité et l’indépendance constitutionnelles dans son livre publié en 2005 The Constitution of Independence: The Development of Constitutional Theory in Australia, Canada and New Zealand (Oxford University Press). P. Oliver est  l’un des instigateurs du regain d’intérêt pour le droit, les politiques et l’histoire entourant le Commonwealth. Ses recherches font appel à des textes érudits oubliés sur le Commonwealth qu’il applique à de nouveaux contextes, notamment le R.-U.-Europe, le R.‑U.-Écosse et le Canada-Québec.

Les textes les plus récents du professeur Oliver, axés sur le droit constitutionnel canadien, sont empreints des mêmes qualités qui distinguaient déjà ses travaux antérieurs, soit l’identification d’hypothèses théoriques non formulées qui sous-tendent les débats de nature constitutionnelle ainsi que leur évolution dans l’histoire canadienne et par rapport à des développements comparables dans d’autres pays. Ses contributions particulièrement importantes concernent le rapatriement et la formule d’amendement, le caractère « justiciable » des conventions constitutionnelles, et la question de la constitutionnalité du pouvoir fédéral de dépenser.

Le travail du professeur Oliver sur la souveraineté et les systèmes juridiques a été cité dans de prestigieuses publications à l’échelle du monde. Le chercheur australien, Jeffrey Goldsworthy, consacre d’ailleurs un chapitre au complet de sa monographie, publiée en 2010 et intitulée Parliamentary Sovereignty: Contemporary Debates, aux recherches de P. Oliver; dans sa critique de The Constitution of Independence rédigée pour la revue majeure, Public Law, David Dyzenhaus, professeur de droit et de philosophie à l’Université de Toronto, qualifie le livre de P. Oliver  « d’excellente illustration de la manière dont la théorie et l’histoire du droit parviennent à s’éclairer mutuellement » ; quant à Andrew Macdonald, de l’Université de Californie à Berkeley, il le qualifie de « formidable travail d’érudition … fouillé, rigoureux et profondément révélateur ».  L’éminente Society of Legal Scholars, située au R.‑U., lui a décerné un des prestigieux prix Peter Birks « for Outstanding Legal Scholarship ».

Le professeur Oliver occupait le poste de vice-doyen du programme de common law en français en 2012-2014 et depuis le 1er janvier 2017 il est vice-doyen à la recherche.

Peter.Oliver@uOttawa.ca
613-562-5800 poste 3173

 

Cintia Quiroga
Doyenne adjointe à la recherche

Cintia Quiroga est titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université de Montréal et a suivi une formation postdoctorale à l’Université McGill ainsi qu’au  Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO). Elle s’est jointe à la Faculté de droit en 2015 et travaille depuis en étroite collaboration avec la vice-doyenne à la Recherche et les membres du corps professoral afin d’appuyer la mise en œuvre de initiatives stratégiques en matière de recherche et de projets de recherche individuels à la Faculté. Dre Quiroga apporte à ses fonctions une expérience diversifiée en recherche multidisciplinaire, ayant œuvré à plusieurs projets de recherche longitudinale à grande échelle, notamment des recherches de type communautaire avec des adolescents et des jeunes à risque, dans les secteurs francophone et anglophone.

Cintia.Quiroga@uOttawa.ca
613-562-5800, poste 7993

 

Andrew Kuntze
Stratège en communications pour la recherche

Andrew Kuntze travaille à la Faculté de droit depuis 2008, ayant occupé diverses fonctions liées aux communications et travaillé à divers projets, allant des relations avec les diplômés à la stratégie relative au contenu du site Web. Il s’est joint au bureau de la Recherche en juin 2015, et se charge actuellement de superviser les dossiers de candidature à différents prix pour les membres du corps professoral ainsi que toutes les communications liées à la recherche au sein de la Section de common law. Depuis 2016, il est en outre devenu réviseur de la série des documents de travail de common law publiés sur le SSRN.  Andrew est titulaire d’une maîtrise en anglais et en littérature.

Andrew.Kuntze@uOttawa.ca
613-562-5800, poste 3444



Natalie Carter
Adjointe administrative pour la recherche

Natalie Carter s’est jointe au bureau de la Recherche en 2014 et, depuis lors, fournit un appui indispensable à la préparation des innombrables demandes de subventions et candidatures à des prix et distinctions des membres du corps professoral. Avant de se joindre à la Faculté de droit, Natalie a travaillé au bureau de la Recherche à la Faculté des sciences de la santé pendant quatre ans.

Natalie.Carter@uOttawa.ca
613-562-5800, poste 3249

 

Rapports annuels sur la recherche

Le travail du Bureau de la recherche est décrit dans les Rapports annuels ci-dessous :

 

 

 

Haut de page