La professeure Chandler nommée titulaire de la nouvelle Chaire Bertram-Loeb de dons d'organes et de tissus

Publié le vendredi 12 juin 2015

La professeure Jennifer Chandler a été nommée titulaire de la nouvelle Chaire Bertram‑Loeb de dons d'organes et de tissus. Mme Chandler, spécialiste de l’étude du droit et de l’éthique des nouvelles technologies biomédicales, est reconnue au-delà des frontières du Canada pour ses travaux de recherche novateurs portant sur les préoccupations d’ordre juridique, éthique et politique qui touchent le don d’organes et de tissus, ainsi que sur les répercussions légales et éthiques des sciences cérébrales. 

Mme Chandler est codirectrice de l’équipe de recherche en éthique et en droit au sein du Programme national de recherche en transplantation du Canada. Elle a réalisé de nombreux travaux de recherche dans ce domaine, dont une étude nationale et internationale sur les politiques de réciprocité qui influencent la transplantation d’organes; elle s’est intéressée, entre autres, à Singapour, premier pays à adopter un tel système de réciprocité. En 2002, Mme Chandler s’est jointe au corps professoral de l’Université d’Ottawa, où elle a contribué à la fondation du nouveau Centre en droit, politique et éthique de la santé. De plus, elle est affiliée au groupe de recherche National Core for Neuroethics de l’Université de la Colombie-Britannique et elle est membre du conseil consultatif du réseau Cambridge-ICM Network on Neuroethics.

La Chaire Bertram-Loeb de dons d'organes et de tissus, hébergée à l’Université d’Ottawa, est la première au monde qui soit consacrée à appuyer les recherches dans le domaine du don d'organes et de tissus. C’est en 2006 que, grâce à un don de Bertram Loeb et de l’Institut Bertram-Loeb pour le don d’organes et de tissus, la Chaire a été créée. Son mandat est de favoriser l’adoption d’une approche multidisciplinaire novatrice dans l’étude des questions qui touchent le don et la transplantation d’organes.

Mme Chandler est la deuxième titulaire de la Chaire; elle succède au docteur Sam D. Shemie, médecin canadien aux soins intensifs et chercheur de premier plan en politiques de dons d’organes. Les progrès réalisés à cet égard sont en grande partie imputables à M. Shemie, dont le savoir et les travaux ont contribué à placer la Chaire au premier plan de la recherche multidisciplinaire sur le don d’organes au Canada.

Haut de page