Le professeur Kerr renouvelle sa Chaire de recherche du Canada en éthique, droit et technologie

Publié le vendredi 3 novembre 2017

Le professeur Ian Kerr a obtenu le renouvellement de sa Chaire de recherche du Canada en éthique, droit et technologie. La somme de 1,5 million de dollars sera donc investie à l’Université d’Ottawa dans le domaine du droit et des politiques en matière de robotique et d’intelligence artificielle. Dans le cadre de son projet de recherche, il se penchera sur la fusion des humains et des machines et  sur ses répercussions éthiques, juridiques et sociales.

M. Kerr avait en premier lieu obtenu une Chaire de recherche du Canada (CRC) de niveau 2 en 2001, et, par la suite, une Chaire de niveau 1 en 2009. Le financement octroyé par le Programme des chaires de recherche du Canada a en grande partie permis au professeur Kerr d'entreprendre des recherches de pointe et d’en diffuser les résultats dans un domaine d’étude inédit, soit le droit et les politiques en matière de robotique et d’intelligence artificielle. Grâce à ses recherches sur les robots et l’automatisation, la valorisation du potentiel humain et la vie privée, trois ouvrages très influents ainsi que plus d’une dizaine d’articles scientifiques évalués par les pairs et de chapitres de livre ont été publiés, de même qu’une dizaine d’éditoriaux, de rapports et d’articles synthèse. Ces publications ont contribué à réformer le droit et les politiques publiques à l’échelle nationale et internationale.

Le programme de recherche du professeur Kerr abordera le besoin qu’a la société de comprendre les risques, les possibilités et les questions juridiques, éthiques et politiques liées à l'adoption des robots et de l’intelligence artificielle. La robotique et l’intelligence artificielle changeront radicalement le monde dans lequel nous évoluons et la façon dont nous menons nos vies. Le Canada et le monde entier sont actuellement confrontés à un vide de gouvernance en ce qui concerne le droit et les politiques. Si cette situation n’est pas corrigée, ces technologies qu’on dit « de rupture » pourraient nous nuire plutôt que nous rendre service. Le but de la Chaire de recherche du professeur Kerr consiste à définir des cadres juridique et politique solides afin que ces technologies soient utilisées à bon escient.

Le Programme des chaires de recherche du Canada investit environ 265 millions de dollars par année afin d’attirer et de retenir certains des chercheurs les plus accomplis et prometteurs du monde. Les titulaires de chaire visent à atteindre l'excellence en recherche dans les domaines des sciences naturelles, du génie, des sciences de la santé et des sciences humaines.

Félicitations au professeur Kerr pour ce grand honneur bien mérité !

Haut de page