Cinq étudiants de common law reçoivent une bourse du Programme d’initiation à la recherche au premier cycle (PIRPC) 2017

Publié le jeudi 13 avril 2017

Cinq étudiants de common law figurent parmi les boursiers du Programme d’initiation à la recherche au premier cycle (PIRPC) 2017 de l’Université d’Ottawa.

Le PIRPC offre aux étudiants de premier cycle des occasions uniques et stimulantes de se familiariser avec la recherche d’avant-garde qui se fait à l’Université d’Ottawa, tout en réfléchissant à leurs objectifs professionnels. En participant au programme, les étudiants reçoivent une bourse de 1 000 $ et consacrent au moins 50 heures pendant l'année scolaire à un projet de recherche mené par un professeur-superviseur qu’ils auront choisi. Les professeurs-superviseurs qui prennent part au PIRPC reçoivent 500 $ en fonds de recherche pour appuyer leur participation au programme.

Sous la supervision de la professeure Suzanne Bouclin, l’étudiante au programme de J.D. Sarah Mack entreprendra un projet intitulé « The Mentoring Needs of Marginalized Law Students ». Cette recherche vise à déterminer les besoins immédiats de mentorat des étudiantes provenant de la classe ouvrière et/ou d’un milieu à faible revenu et des étudiants de communautés racialisées. Ces deux groupes d’étudiants en droit font depuis toujours face à des obstacles uniques en matière de relations de mentorat. La recherche permettra de dresser une liste de directives concrètes destinée aux professeurs.

L’étudiante au programme de common law Sarah Quayyum, supervisée par le professeur Y.Y. Brandon Chen, se penchera sur la façon dont le gouvernement fédéral devrait traiter la prostitution dans un projet ayant pour titre « Legal Regulation of Prostitution in Canada from a Health-Focused Perspective ». Cette recherche portera sur les décisions juridiques rendues récemment à propos de certains aspects de l’industrie du sexe dans le contexte où la prostitution persiste malgré les efforts de criminalisation. Mme Quayyam étudiera les répercussions sur la santé des travailleurs du sexe qu’entraîne le système pénal du Canada et les changements qu’occasionnerait à ce sujet une approche décriminalisée de réglementation de la prostitution.

Le professeur Florian Martin-Bariteau dirigera le travail de l’étudiante au programme de J.D. Roxanne Alam, qui entamera un projet sur la technologie d’impression 3D. Puisque cette toute nouvelle technologie ne cesse d’évoluer, il est primordial d'aborder les enjeux de propriété intellectuelle liés au droit d’auteur, aux brevets, aux marques de commerce et aux modèles industriels, en particulier pour ce qui est de l’usage à des fins personnelles et pédagogiques. Lorsque cette technologie n'est pas utilisée dans un but commercial, quelles sont les lois de propriété intellectuelle qui s’appliquent ? Cette recherche contribuera à définir un nouveau cadre juridique pour l’impression 3D.

Enfin, le professeur Joao Velloso agira à titre de superviseur de deux étudiants du programme de common law, soit Lara Dagher et Zain Dar, pour leur projet portant sur ce qui est considéré comme un crime dans le système d’immigration. La grande majorité des décisions rendues par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR) ne peuvent en effet être consultées que sur les bases de données internes de la CISR. Ainsi, il est difficile d’évaluer quels types d’infractions sont jugés de nature « criminelle » à la Commission de l’immigration. Le but de ce projet est d’analyser les décisions sous l’angle de la criminalité afin de concevoir un diagramme présentant les raisons et la répartition des différentes infractions commises par les étrangers impliqués dans des procédures d’expulsion.

Félicitations à tous les étudiants et professeurs participant au Programme d’initiation à la recherche au premier cycle !

Haut de page