Annonce : Doyen/Doyenne, Faculté de droit, Section de common law, Université d’Ottawa

Publié le jeudi 18 mai 2017

Image pour la sélection d'un doyen - loupe

La Section de common law de l’Université d’Ottawa est la plus grande école de droit au Canada et la seule au monde à offrir des programmes de common law en anglais et en français. Située sur un territoire ancestral du peuple algonquin, à distance de marche de la Colline du Parlement, de la Cour suprême du Canada et de plusieurs autres tribunaux, l’école offre aux étudiants et aux étudiantes une expérience universitaire hors du commun grâce à l’accès à de nombreux décideurs et juristes. Le corps professoral de la Section de common law compte plusieurs chercheurs et chercheuses de renommée nationale et internationale, dont trois titulaires de chaire de recherche du Canada portant toutes sur les technologies et le droit, un titulaire de chaire de recherche de l’Université, trois titulaires de chaires dotées et chaires professorales d’élite, notamment la Chaire Gordon-F.-Henderson en droits de la personne, la Chaire Hyman-Soloway du droit des affaires et du commerce et la Chaire Shirley-Greenberg pour les femmes et la profession juridique.

La Section de common law est reconnue mondialement en enseignement et en recherche dans des spécialisations telles que le droit et les technologies, le droit international, le droit de la santé, le droit environnemental, le droit public, les études du droit autochtone, le droit et la justice sociale et le règlement des différends. Elle doit particulièrement sa renommée à ses victoires répétées dans les concours de plaidoiries interuniversitaires et à ses cliniques juridiques étudiantes telles que la Clinique juridique communautaire de l’Université d’Ottawa, la Clinique de droit de l’environnement de l’Université d’Ottawa et d’Ecojustice, la Clinique d’intérêt public et de politique d’Internet du Canada Samuelson-Glushko, la Clinique en droit des affaires de l’Université d’Ottawa, le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne et la salle d’audience Ian-G.-Scott. La Section de common law offre des programmes dynamiques et des stages uniques au Canada et totalement en phase avec les enjeux contemporains. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Faculté et sur l’Université d’Ottawa, visitez le www.uOttawa.ca.  

C’est dans ce contexte stimulant que le prochain doyen ou la prochaine doyenne aura pour tâche de préserver le statut d’école de choix de la Section de common law, et ce, pour les étudiante)s, les employé(e)s et les chercheurs et chercheuses. La personne retenue pour le poste sera un communicateur hors pair, en français et en anglais, en mesure de s’adresser à une grande variété de publics tels que les collègues universitaires, les étudiant(e)s, les partenaires du secteur privé et les intervenants internationaux, et de maintenir la rigueur et le caractère novateur des programmes de l’École de droit.    

Le candidat idéal ou la candidate idéale possède un esprit critique le rendant en mesure  de décider d’une orientation claire et précise pour la Faculté et d’obtenir le soutien des différents intervenants. Ce gestionnaire talentueux peut diriger, guider et soutenir une équipe en maximisant la structure, les ressources, les processus administratifs et les programmes en contexte universitaire. Juriste influent sachant prendre des décisions en collaboration, il possède des aptitudes pour les campagnes de financement et la mise en place de partenariats novateurs, ainsi qu’une expérience de travail dans des milieux à forte intensité de recherche. Le candidat idéal ou la candidate idéale souhaite travailler dans des contextes diversifiés et riches culturellement et peut fonctionner avec aisance dans un environnement de travail bilingue (français et anglais).

Pour obtenir de plus amples renseignements sur cette fonction de premier plan, n’hésitez pas à communiquer avec Eric Lathrop et Jessa Chupik à jchupik@boyden.com.

L’Université d’Ottawa souscrit à l’équité en matière d’emploi. Nous encourageons fortement les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées et les membres des minorités visibles à poser leur candidature. Conformément aux exigences de Citoyenneté et Immigration Canada, toutes les personnes qualifiées sont invitées à postuler; la priorité sera toutefois accordée aux citoyens canadiens et aux résidents permanents. L’Université est fière de sa tradition de bilinguisme vieille de plus de 160 ans. Par l’entremise de son Institut des langues officielles et du bilinguisme, l’Université offre aux membres de son personnel, de même qu’à leur conjoint ou conjointe, les moyens de devenir bilingues. Au moment d’obtenir leur permanence, les professeures et professeurs devraient être en mesure de fonctionner dans un milieu bilingue. 

Haut de page