Du PPD au Ministère des finances : une expérience pratique et enrichissante

Par Lila Amara, candidate 2015-2016.

Je me considère comme étant très choyé d’effectuer mon stage au ministère du Procureur général de l’Ontario avec le ministère des Finances dans le cadre du Programme de pratique du droit de l’Université d’Ottawa. Je travaille actuellement dans le bureau d’Ottawa.

J’ai été très bien accueillie par le personnel du ministère du Procureur général, et ce, dès la première journée. En effet, une cérémonie de bienvenue a été organisée pour les stagiaires du PPD et j’ai pu discuter avec plusieurs avocats de différents ministères en plus de recevoir des explications sur le fonctionnement du ministère et les ressources disponibles pour les stagiaires.

Avant de commencer mon stage, il faut admettre que je n’avais jamais eu un intérêt particulier pour le droit pénal. Cependant, en travaillant auprès du ministère des Finances sur les matières de tabac de contrebande et plus généralement, sur les infractions provinciales, j’ai développé une appréciation et un intérêt pour ce domaine. Dans le cadre de mon stage, j’ai eu l’opportunité d’aller en cour à plusieurs occasions, et ce, dans plusieurs villes de l’Ontario, dont Cornwall, l’Orignal et Brockville. Ceci m’a permis non seulement de découvrir l’Ontario sachant que je n’étais jamais allée ailleurs qu’à Ottawa et Toronto dans la province, mais aussi de me familiariser avec le fonctionnement des cours et le travail d’un plaideur, ce que j’aspire à devenir.

Ce stage m’a aussi donné l’occasion d’être autonome et d’être responsable d’un dossier en vue d’un procès. En effet, j’ai pu ainsi communiquer avec les témoins, me charger des arguments, de la preuve à apporter et de plaider la cause devant la Cour des infractions provinciales le moment venu, et ce, un mois après le commencement de mon stage. Le fait d’être responsable d’un procès m’a permis d’apprendre ce qu’est le travail d’un avocat plaideur au quotidien et a renforcé mon désir de m’orienter vers la plaidoirie.

De plus, même si je suis à Ottawa et que la plupart des avocats du ministère des Finances se trouvent à Toronto et ses environs, je ne me suis jamais senti négligé en ce qui concerne les formations offertes pour les stagiaires. Lorsqu’une formation m’intéressait, j’ai pu avertir le ministère et ainsi des mesures étaient prises pour me permettre d’aller à Toronto y assister et d’avoir ainsi la même expérience que tous les autres étudiants en stage. De surcroît, en tant que francophone, j’ai toujours eu accès à des ressources en français et mon superviseur est parfaitement bilingue.

Finalement, cette expérience s’est avérée encore plus complète grâce à mon superviseur. Elle est une personne extraordinaire qui m’a donné des conseils tout au long de mon stage sur comment être une bonne avocate, être intègre, honnête et plus précisément, toujours s’assurer que l’administration de la justice est servie.

En somme, mon stage répond à toutes mes attentes et me prépare à affronter la profession d’avocat de façon confiante sachant que j’ai eu un apprentissage complet et représentatif de la profession au quotidien

Haut de page